Les femmes suisses pour les filles du monde | Plan International Suisse Aller au contenu principal

Les femmes suisses pour les filles du monde

À ce jour, plus de 10'000 femmes font partie du mouvement «Les femmes suisses pour les filles du monde». En conjuguant leurs efforts, elles s’impliquent pour les filles et les jeunes femmes opprimées du monde entier. Participez vous aussi à ce mouvement: déjà à partir de 120 francs par an, vous permettez, par exemple, deux années entières de scolarité à une fille du Népal.

Devenir une mariée jeune ou une jeune pédiatre? Marquez la différence.

Avec l’auteure Federica de Cesco et  10'000  autres femmes de Suisse, rejoignez le mouvement «Les femmes suisses pour les filles du monde» et ouvrez à des filles et à des jeunes femmes du monde entier les perspectives d’une scolarité, de la santé ainsi que de la protection contre la violence et l’oppression. Grâce à votre contribution annuelle, vous financez la scolarité d’une fille au Népal, la formation professionnelle d’une jeune femme du Niger plutôt qu’un mariage précoce, ou encore la protection contre les mutilations génitales pour une jeune Malienne. 

«Un engagement complet et à long terme est indispensable pour stopper l’oppression à laquelle les jeunes filles sont soumises dans le monde. C’est pourquoi nous, femmes de Suisse, réunissons nos forces en nous engageant pour protéger les filles du monde contre la discrimination, leur permettre de s’épanouir et leur assurer de meilleures perspectives d’avenir. Qui serait mieux à même d’œuvrer en faveur des filles opprimées que les femmes libres de Suisse?» 
demande Federica de Cesco, auteure et ambassadrice du mouvement «Les femmes suisses pour les filles du monde».

>> Oui, je participe au mouvement «Les femmes suisses pour les filles du monde»


Comment faire?

En tant que membre du mouvement «Les femmes suisses pour les filles du monde», vous versez une contribution annuelle d’au moins 120 francs pour nos projets d’encouragement et de protection des filles dans les pays en voie de développement. Vous recevez une fois par an un rapport relatif aux progrès réalisés grâce à vous et au mouvement «Les femmes suisses pour les filles du monde». De plus, nous vous adressons des invitations à des manifestations se rapportant au thème du soutien aux jeunes filles. Cela vous donne l’occasion de connaître les autres participantes du mouvement et de les intégrer à votre réseau, ainsi que de faire la connaissance de femmes inspirantes de nos pays partenaires tels que le Népal. 

Afin que l’égalité des droits devienne une réalité

«Les femmes suisses pour les filles du monde» fait partie du mouvement international «Because I am a Girl». Plan veut ainsi lancer une mutation de société en faveur des filles défavorisées dans le monde. Nous nous impliquons pour que l’égalité devienne une réalité dans un monde où les filles se sentent estimées et en mesure de percevoir leurs droits. Par ce mouvement, nous voulons inciter des personnes, des organisations, des politiciens et des gouvernements à s’impliquer en faveur de cette vision. Nous sommes à l’entière disposition de toutes celles et de tous ceux qui soutiennent notre action. Chaque membre est un acteur et constitue une part importante du mouvement. C’est pourquoi nous voulons atteindre nos objectifs ensemble et agir en tant que collectif. Nous ambitionnons un mouvement actif sur le long terme, possédant sa propre dynamique, qui concentre et diffuse de l’énergie. Ensemble, nous constituons une force innovante qui permet aux filles et aux jeunes femmes dans le monde d’exiger le respect de leurs droits. Car seules des filles solides deviendront des femmes fortes!

Les marraines sont des ambassadrices du mouvement et ont la faculté de faire bouger les choses. 

L'équation fille

De nombreuses études en attestent: la formation des filles est l’une des étapes les plus importantes pour un monde ne connaissant ni la faim ni la pauvreté. Une jeune femme qui a achevé ses écoles primaire et secondaire…

  • disposera plus tard d’un revenu plus élevé. Pour celles qui ont terminé leur scolarité, le revenu futur est plus élevé de 15 à 25%.
  • se mariera plus tard. La jeune femme apprend qu’elle a des droits et développe sa confiance en elle. Elle est plus apte à se défendre contre le mariage des enfants, même s’il reste encore fortement ancré dans sa culture.
  • a moins d’enfants et ils sont en meilleure santé. En raison de sa formation et d’un mariage plus tardif, le taux de natalité baisse. En outre, les jeunes femmes apprennent à mieux protéger leurs enfants de la maladie.
  • contribue largement à un monde sans famine ni pauvreté. Des études attestent que le bien-être des filles croît avec la formation. Par exemple, le revenu par tête d’un pays augmente en fonction du nombre de jeunes filles qui ont suivi l’école secondaire.

>> Oui, je participe au mouvement «Les femmes suisses pour les filles du monde»