Projet d’aide «Lutte contre le mariage des enfants au Niger» Aller au contenu principal

Lutte contre le mariage des enfants au Niger

Dans l’ouest africain, au Niger, 75% des filles doivent se marier avant leur 18e anniversaire. Plan International s’engage pour que la société ait connaissance des conséquences du mariage précoce et afin que filles et jeunes femmes aient la chance de décider de leur vie.

Au Niger, le taux des mariages d’enfants compte parmi les plus élevés du monde. Cela s’explique essentiellement par les rôles sexuels traditionnels, par les conceptions religieuses ainsi que par l’omniprésence de la pauvreté. De nos jours, les filles sont encore considérées comme un obstacle économique et leur mariage précoce représente un allègement pour la famille. Pour les parents, il s’agit aussi de protéger leur fille: un époux s’en occupera et elle sera à l’abri d’une grossesse hors mariage, terriblement honteuse. Mais, peu de Nigériens savent ce qu’implique un mariage précoce, pour la santé et pour le psychisme. Plan International explique à la population les conséquences du mariage précoce et encourage les filles afin qu’elles puissent se constituer une activité économique qui leur permettra de vivre comme elles l’ont décidé.

Points clés du projet

  • Entraînement et information des filles et des jeunes femmes
    Au Niger, de nombreuses filles ignorent qu’elles ont le droit de décider de leur avenir; elles éprouvent donc des difficultés à se défendre lorsque leur famille les met devant l’évidence d’un futur mariage. Plan International informe les filles de leurs droits et leur donne la possibilité de participer à des entraînements visant à renforcer leur confiance en elles. Les filles y apprennent comment défendre leur cause et à qui s’adresser en cas de problème. Elles sont aussi familiarisées avec les thèmes de la santé sexuelle.
  • Soutien des jeunes femmes afin qu’elles se constituent une activité économiqueDans le contexte de son projet, Plan International soutient les jeunes femmes afin qu’elles recherchent une activité rémunératrice. Elles peuvent, par exemple, apprendre le métier de couturière et assurer ainsi elles-mêmes leur avenir. Au sein de petits groupes d’économie et de crédit, les jeunes femmes s’encouragent mutuellement pour la mise sur pied de leur propre commerce.
  • Soutien des jeunes femmes mariées précocement, et qui souffrent de fistules obstétricalesLes fistules obstétricales sont des blessures internes qui comptent parmi les complications les plus graves résultant d’un accouchement. Elles se produisent le plus souvent chez des jeunes filles dont le corps, encore en croissance, n’est pas prêt pour la naissance d’un bébé. De ce fait, les fistules obstétricales résultent fréquemment d’un mariage trop précoce. Elles entraînent l’incontinence puis une exclusion sociale très forte. Le projet de Plan International est réalisé en coopération avec les filles souffrant de fistules obstétricales, et qui se sont réfugiées dans un home de Niamey, la capitale du Niger. Plan International met tout en œuvre pour que les filles soient opérées et puissent se remettre de leurs blessures. Elles ont aussi la possibilité d’apprendre le métier de couturière. Avec la machine à coudre qu’elles reçoivent, elles peuvent gagner leur vie dans leur village, grâce au travail à domicile.
  • Lobbying contre le mariage des enfants et en faveur de la formation scolaire des jeunes filles Dans le cadre de son projet, Plan International effectue un travail de lobbying auprès des autorités, des chefs de village, des directeurs religieux et des futurs époux afin de les inciter à assumer leurs responsabilités pour la protection des filles. L’objectif de cette composante du projet consiste à mettre sur pied, au niveau du village, un système de protection des enfants et à obtenir que tous les mariages soient enregistrés auprès de l’Office de l’état civil afin d’en assurer la légalité. Au niveau des écoles, les enseignants sont formés afin de mieux intégrer les filles et d’assurer leur protection.

Bénéficiaires du projet

Dans le contexte du projet «Lutte contre le mariage des enfants au Niger», quelques 900 filles seront soutenues par des entraînements à une activité lucrative indépendante, à la santé sexuelle et à la connaissance des droits des enfants. 200 jeunes femmes souffrant de fistules obstétricales et se trouvant dans un home à Niamey recevront des soins médicaux et auront la possibilité d’apprendre le métier de couturière afin de pouvoir revenir dans leur village en toute autonomie.

Les activités de projet seront réalisées dans les districts de Tillabéry et de Dosso.

Soutenir ce projet par un don >>

Offrez une machine à coudre à deux jeunes femmes du Niger >>